Loading…

Trégor Energ'éthiques

Groupement citoyen d'énergies renouvelables du Trégor
Commencer la visite

Pourquoi Trégor Energ’éthiques

1- Le constat

Le modèle énergétique dominant repose sur l’utilisation massive d’énergie fossile incluant le pétrole, le gaz naturel, le charbon et l’uranium.

Ces énergies sont des énergies de stock, stock qui a commencé à se constituer voilà quelques centaines de millions d’années, stock que nous aurons épuisé en quelques décennies de civilisation industrielle. Outre les conséquences désastreuses que la combustion inconsidérée de cette énergie fossile entraîne (pollution et réchauffement climatique), il est évident que ce stock s’épuise.

Dans son rapport paru en novembre 2018, l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) dresse le bilan des réserves et en particulier celles du pétrole. Le graphe ci-dessous en est l’illustration :

Ce graphique montre donc clairement que la production de pétrole dit conventionnel a commencé à décroître en 2017. Pour satisfaire la demande prévue en 2025 et toujours en hausse bien évidemment, il faudait d’une part que d’autres gisements soient mis en exploitation (zone verte) et que les pétroles de schiste américains apportent le complément (zone orangée). Ce qui reviendrait selon les experts de l’AIE à ce que les Etats Unis soient capables en 7 années de mettre en production l’équivalent de ce produisait la Russie en 2017. Mission impossible selon ces mêmes experts !

Pour conclure, le rapport indique : A mismatch between robust oil demand in the near term & a shortfall in new projects risks a sharp tightening of oil markets in the 2020s.

Ce qui, en bon français, donne : Une inadéquation entre une forte demande de pétrole à court terme et un déficit de nouveaux projets risque d’entraîner un resserrement brutal des marchés pétroliers dans les années 2020.

Nous savons tous ce que signifierait un resserrement brutal des marchés pétroliers.

2- Quelles actions engager ?

“L’énergie est notre avenir, économisons-la”. Que de fois n’avons nous pas entendu ce message ! Message néanmoins très juste. En effet, le mode de vie qui est le nôtre aujourd’hui repose sur la disponibilité d’une énergie encore abondante en 2019. Que serait-il sans ces machines qui, chaque jour, nous transportent, lavent notre linge, notre vaisselle, tondent nos pelouses, etc. bref exécutent pour un coût pas si élevé que cela des tâches répétitives et exténuantes ?

Conscient.e.s de ces difficultés à venir, des citoyen.ne.s se mobilisent partout en France pour élaborer un nouveau modèle énergétique reposant sur la seule énergie inépuisable à l’échelle humaine, celle qui vient du soleil et de ses dérivés sans oublier pour autant la géothermie profonde. Mais tous les pays au monde ne s’appellent pas l’Islande !

Ces citoyen.ne.s ont créé sur l’ensemble du territoire des associations qui promeuvent un autre modèle énergétique et des sociétés (SAS, SCIC) qui réalisent des installations de production d’énergie renouvelable, que ce soit par l’utilisation de la biomasse (bois énergie, méthanisation,…) que de celle du vent (éoliennes) du soleil (capteurs thermiques et photovoltaïques) ou des cours d’eau (hydraulique).

La carte ci-dessous donne un aperçu de ces réalisations en Bretagne, les points verts étant représentatifs des champs éoliens, en orange des installations photovoltaïques et en mauve des unités de méthanisation :

Néanmoins, notamment en matière de production d’électricité, la Bretagne est très déficitaire et en retard pour la nécessaire transition. En France, notre dépendance aux énergies fossiles est encore forte : 68% dont pétrole 45%, gaz 20%, charbon 3 %). En 2019, nucléaire représente 19% de l’énergie finale consommée et les énergies renouvelables seulement 2,8%.

3- Comment en est-on arrivé à Trégor Energ’éthiques ?

Deux membres du Conseil de Développement de Lannion Trégor Communauté, à partir d’un projet photovoltaïque envisagé sur le toit de la salle des sports de la commune de Ploulec’h, ont fait mûrir l’idée d’étendre cette dynamique à l’ensemble du territoire communautaire.

Sociétaires d’ENERCOOP, suggestion leur a été faite de solliciter l’aide du réseau TARANIS, structure bénéficiant de l’appui du Conseil Régional de Bretagne et de l’ADEME et dont la mission consiste précisément à appuyer les initiatives locales en faveur du développement des énergies renouvelables.

Pour sensibiliser la population, un ciné débat a été organisé avec la projection du documentaire “Après-demain” de Cyrille Dion et Laure Noualhat, les droits de projection ayant été gracieusement cédés par Energie Partagée. Environ 125 personnes ont assisté à la projection et 15 d’entre elles se sont déclarées volontaires pour animer le groupe moteur chargé de créer dans un premier temps une association dont la mission serait d’être un incubateur de projets dabord photovoltaïques parce que plus faciles à monter en particulier sur le plan administratif : identification des sites et bâtiments susceptibles de recevoir des centrales, pré-études de faisabilité, analyse technico-économique.

Au terme d’une réunion marathon de près de cinq heures, le groupe moteur s’est réuni le 16 juin 2019 et à choisi le nom de l’association, Trégor Energ’éthiques, défini les statuts, décidé de la création d’un bureau élargi de 16 personnes et élu les deux membres requis par l’administration, le président, Jean ROUXEL et le trésorier Michel MONFORT.

Préalablement, les deux initiateurs avaient pris contact avec le service énergie de LTC. Une réunion avait eu lieu avec le vice-président en charge de l’énergie, Christian LE FUSTEC et la responsable du pôle énergie, Mélanie BIET. Accueil très chaleureux de LTC et dans la foulée, Mélanie BIET a été chargée d’identifier les bâtiments appartenant à LTC et aptes à recevoir une centrale photovoltaïque.

Deux groupes de bâtiments ont été répertoriés en fonction de leur structure.

Laisser un commentaire